Le Pays des yeux-morts
( 1 )
de Pierre-Luc Lafrance
aux éditions Médiaspaul ,
collection Jeunesse-Pop
Genre : Fantastique

Auteurs : Pierre-Luc Lafrance
Date de parution : octobre 2005 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 156
Age minimum : 11 ans
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Pierre-Luc Lafrance

Un auteur à garder à l’œil

Pierre Luc-Lafrance, jeune auteur de 25 ans, a vu nombre de ses nouvelles publiées dans différents supports au Canada où il réside mais aussi en France (il figure au sommaire de l’anthologie Il était une fée) ou en Belgique. En 2004, son premier roman à destination de la jeunesse, Y-a-t-il un héros dans la salle est paru dans la collection Chat de gouttière de Soulières éditeur qui a aussi publié son second livre Princesse à enlever. A partir de ce dernier a été créée une pièce de théâtre interactive. L’auteur travaille à de nombreux projets, son quatrième livre un conte horrifique.

« Avez-vous déjà vu un fantôme ? »

Eve en voit un pour la première fois quand elle assiste à un incendie. Et cette première vision la traumatise. Elle ne se doute pas qu’elle va voir bien pire. Perdue dans un centre commercial, elle se retrouve dans la cellule de la sécurité et bascule dans un monde effrayant dont les habitants ont le regard vide et où elle se retrouve poursuivie par les sbires d’un mystérieux Docteur. Heureusement, elle trouve des alliés inespérés.

Plus probant dans le fantastique que dans l’humoristique

Jusqu’ici les 2 précédents livres nous avaient laissé très dubitatif quant aux qualités littéraires de Pierre-Luc Lafrance. Force est de constater que celui-ci nous oblige à revoir notre opinion. Les personnages sont très attachants, leurs hésitations et oscillations permettent d’échapper à une intrigue platement linéaire. Les révélations sur l’identité du Docteur et celle du Maître des chats relance l’intérêt. Le personnage de Robert coincé entre deux mondes contribue également à la complexité de l’histoire. Même si subsistent quelques faiblesses et un étrange dépaysement quand on croise des termes québécois, ce roman révèle un Pierre-Luc Lafrance inédit et plutôt doué pour les récits à tonalité sombre et horrifique.

Nathalie Ruas